Narration et mathématiques: L’utilisation des graphes au cinéma et en bande dessinée (Chapitre 1)

Introduction

(La verion originale du mémoire peut être consultée ici: https://www.academia.edu/10516424/Narration_et_math%C3%A9matiques_l_utilisation_des_graphes_au_cin%C3%A9ma_et_dans_la_bande_dessin%C3%A9e)

Les approches interdisciplinaires, malgré les nombreuses difficultés qu’impose la double migration d’un vocabulaire spécialisé et qui résulte, inévitablement, de méthodologies qui diffèrent autant par leurs formes que par leurs objectifs, possèdent l’avantage de créer un lieu commun de discussion à partir duquel de nouvelles avenues peuvent être explorées. Les arts visuels et les mathématiques ont souvent profité de ces rapprochements qui ont su tisser des liens qui semblent désormais naturels tant leur mariage s’est avéré profitable. L’étude de la perspective vient couronner une telle approche. L’influence de ces rapprochements proposés à la Renaissance -entre le modèle mathématique de la perspective et le modèle issu de la théorie de l’art- sont à voir autant dans les peintures de l’époque que dans la création des environnements virtuels de nombreux films, jeux vidéo et autres dispositifs immersifs. Or, ces rapprochements ne se limitent pas simplement à la représentation de l’espace. Par exemple, la notion de symétrie, très riche dans l’art visuel non figuratif, est sujet d’étude dans plusieurs branches des mathématiques dont la géométrie et la théorie des groupes sont les chefs de file. Ces points de rencontre sont traités principalement du point de vue de la forme et de la nature de l’image, par conséquent la narratarologie s’en retrouve quelque peu exclue.

Dans ce mémoire, nous proposons une perspective commune entre les mathématiques et la narratologie, ce que nous pourrions nommée une narratologie mathématique. L’objet de cette recherche se restreint aux histoires en images, principalement à celles de la bande dessinée. Nous démontrons dans ce travail comment divers résultats issus des mathématiques permettent l’analyse de certaines structures narratives et, surtout, ouvrent la voie vers un grand nombre d’explorations. Par conséquent, le but de cette recherche est double. En premier lieu, il nous proposons un modèle d’analyse et, en second lieu, à partir de ce modèle nous proposons de nouvelles narrations. Nous divisons ce mémoire en quatre chapitres. Le premier présenter es principaux concepts qui seront utilisé dans les chapitres suivants. Nous y construisons également le modèle qui sera utilisé dans les trois autres chapitres. Nous conservons volontairement un point de vue abstrait dans ce premier chapitre car la présentation détaillée et appuyée d’exemples s’étale sur la suite du mémoire. Les chapitres deux et trois traitent principalement des histoires dont la structure reste relativement simple. Le chapitre trois, en introduisant les histoires cycliques, mène vers l’analyse de la complexité d’une histoire par l’analyse de certaines caractéristiques propres à ce support. L’analyse des histoires sur différents supports justifie l’analyse du point de vue des mathématiques. Le dernier chapitre présente le potentiel inexploré des narrations basées sur notre modèle en lien avec l’utilisation de différents supports.

Nous ne prétendons pas présenter la liste complète des différentes expérimentations reliées aux aspects traités dans chaque chapitre. La forme de base de l’argumentation de ce mémoire est constructiviste, par conséquent les exemples mentionnés servent en premier lieu à démontrer qu’il est possible d’appliquer le modèle d’analyse et en second lieu à démontrer qu’il est possible de construire de nouvelles narrations basées sur ces observations. Une liste exhaustive de ces différentes expérimentations s’avèrerait fort utile pour de futures recherches, mais tel n’est pas le cas pour le présent travail.

Chapitre 1 : Les fondements théoriques

Tel que mentionné dans l’introduction, cette recherche vise deux objectifs. Le premier est de développer un nouvel instrument d’analyse narratologique appliqué principalement aux domaines du cinéma et de la bande dessinée.

Le rapport particulier qu’entretient la bande dessinée avec la notion de surface place ce médium au centre de cette recherche. La surface du dessin, pour des raisons techniques, existe sous une multitude de formes qui motivent l’exploration faite dans ce mémoire. L’analyse peut évidemment s’élargir pour s’appliquer au domaine de l’étude littéraire, mais il n’en sera pas question directement ici puisque nous voulons principalement étudier le rapport entre l’image figurative et sa surface de représentation. Pour cette raison, nous puiserons principalement nos exemples dans les domaines du cinéma et de la bande dessinée. Dans le but de démontrer l’utilité de notre méthode d’analyse, nous analyserons la trame temporelle de trois films : Triangle (2009) de Christopher Smith, Primer  (2004) de Shane Carruth et Looper (2012) de Rian Johnson. Dans le cas de la bande dessinée, nous étudierons principalement des planches de Chris Ware ainsi que le travail de L’Ouvroir de Bande Dessinée Potentielle, l’OuBapo. Le collectif oubapien travaille principalement en Europe et une documentation plus complète sur son équivalent en Amérique du Nord se fait encore attendre, cela explique que les exemples seront essentiellement européens. Ces œuvres que nous analyserons ne couvrent malheureusement pas la totalité de ce qui peut être traité du point de vue de l’analyse, ce qui explique la deuxième intention de cette recherche, celle d’une exploration des potentialités narratives.

En plus de développer un nouvel outil d’analyse, nous proposerons des narrations basées sur les différentes observations qui seront faites dans l’élaboration de la théorie et de la présentation d’un modèle. Conformément à la définition du mot, le modèle sert autant à comprendre des narrations existantes qu’à prédire des narrations potentielles (1) (Herman, p. 452). Dans notre cas, la compréhension est celle des narrations que nous mentionnerons dans le texte et les prévisions sont les nouvelles narrations qui seront déterminées comme possibles selon ce modèle. Ces exemples pourraient être plus nombreux, mais nous nous limiterons à un petit nombre qui se démarquent par leur pertinence. Ils se veulent de nouvelles explorations dans le domaine des arts.

Dans le but de se procurer des exemples pertinents, nous avons fait des recherches dans un grand nombre d’ouvrages sur la bande dessinée, les comics, les comix et les romans graphiques. Nous avons élargi notre recherche dans le répertoire de la bande dessinée underground en espérant que son caractère plus expérimental amènerait à davantage d’explorations avec le médium. Nous y avons principalement décelé des expérimentations au niveau du style graphique et du contenu du récit. Des sujets tels que la sexualité ou la politique prennent généralement le premier plan narratif et des styles graphiques moins aisément lisibles ornementent souvent les pages. Or, nous ne nous intéressons qu’indirectement à ces composantes dans le cadre de ce mémoire.

Nous avons survolé une panoplie d’ouvrages théoriques et historiques sur la bande dessinée, en particulier les ouvrages de Thierry Groensteen et de Benoît Peeters. Nous avons également fréquemment  consulté des sites Internet ainsi que des ouvrages encyclopédiques tels que 1001 Bandes Dessinées qu’il faut avoir lu dans sa vie et The World Encyclopedia of Comics édité par Maurice Horn. Nous avons effectué un second volet de la recherche de bandes dessinées dans des collections privées et dans des magasins spécialisés à Montréal, Toronto, Portland et San Francisco.

La méthode d’analyse et de production narrative que nous explorerons dans ce texte se prête particulièrement bien au format de la bande dessinée. Le cinéma peut par bifurcation présenter des caractéristiques que cette méthode rend aisément compréhensibles. Cependant, il ne constitue pas la forme première du support dont il sera question. Ces résultats demeurent pertinents pour les études cinématographiques puisqu’ils présentent quelques limites du cinéma quant à la forme des différentes narrations qui s’adaptent bien à ce médium. Il en va de même avec la littérature. L’abstraction qu’il est possible d’atteindre en littérature permet bien de mener des explorations, mais seulement à l’intérieur de certaines limites. Nous aborderons brièvement ce sujet dans de ce texte.

Pour le cinéma, les films de science-fiction se rapprochent davantage des narrations rendues possibles par la méthode que nous proposons dans ce texte. Cela explique pourquoi le corpus étudié appartient principalement à la science-fiction et que nous délaissons quelque peu les autres genres. Un peu comme dans le cas de la bande dessinée underground, le film expérimental se distingue souvent de par le style graphique ou son contenu thématique, mais rarement sous une forme qui nous intéresse ici. Quelques exemples pertinents viendront de l’époque de la naissance du cinéma et des jouets d’optiques.

Finalement, afin de donner de l’expansion aux définitions et de trouver de nouvelles idées, autant pour la présente recherche que de possibles travaux ultérieurs, nous avons exploré différents domaines des mathématiques. La visite des domaines de la géométrie, de la théorie des graphes et de la topologie a été particulièrement enrichissante. Ces domaines ont servi autant comme exploration artistique que pour bien souder ensemble l’analyse qui sera faite dans ce texte.

La bande dessinée étant le format premier des expérimentations de cette recherche, il va de soi que le choix d’une définition est primordial. Or, il se trouve que dans notre cas la majorité des définitions s’appliquent difficilement. Cela découle directement du fait que ce mémoire a pour but d’apporter une exploration du médium afin d’en repousser les limites. Nous prendrons tout de même le soin de présenter brièvement quelques définitions présentes dans le milieu de pair avec le débat qui en découle et les différents problèmes de son application dans le cas présent.

La présence de plusieurs formes distinctes du médium a fait naître différentes appellations. Il est commun de trouver les formules art séquentiel, bande dessinée, roman graphique, comics et comix. La dénomination art séquentiel vient principalement du travail de Will Eisner Comics & Sequential Art et Scott McCloud la réutilise par la suite dans son ouvrage Understanding comics. La définition offerte par l’auteur se veut un concept global et c’est une particularité que nous voulons conserver. Eisner affirme que «Graphic Narrative may be defined as the employment of words and visual images in an intelligent and disciplined sequence to explain an idea or tell a story» (Eisner 2008, p. XI). Avec une définition un peu plus large qui permet d’inclure les suites d’images qui ne contiennent pas de mot, McCloud propose pour le mot comics la définition suivante : «Juxtaposed pictorial and other images in deliberate sequence,intended to convey information and/or to produce an aesthetic reponse in the viewer» (McCloud 1993,p. 9). L’avantage de restreindre la définition en ces composantes générale est de pouvoir inclure une série d’objets présents dans l’histoire de l’art qui partagent certaines caractéristiques communes avec la bande dessinée. Scott McCloud inclut par exemple les peintures rupestres, la tapisserie de Bayeux et les codex précolombiens dans ce qui est conçu généralement comme bande dessinée (1993, p. 10-13). L’utilisation d’un terme moins restrictif mène également à s’interroger sur les limites de cette définition.Nous pourrions par exemple définir le cinéma et les jouets optiques par l’art séquentiel. Dans notre cas, cela ne cause pas problème pour deux principales raisons : le modèle proposé dans ce travail peut s’appliquer aux histoires écrites pour les films et l’exploration des surfaces du dernier chapitre démontre bien que l’inclusion de ces explorations dans le cinéma ou le jeu vidéo peut s’avérer intéressante. Le but de cette recherche étant en partie d’explorer les différentes possibilités du médium, une définition plus large nous est utile et pour cette raison nous garderons les composantes essentielles de celle-ci. Nous rejoignons pleinement McCloud dans son affirmation « The best definition will be, I think, the mostexpansive » (1993, p. 199).

 p2turkey

L’utilisation du terme comics a pris racine dans les publications de journaux et elle s’est épanouie principalement aux États-Unis au 20ième siècle. Le terme témoigne de la nature souvent humoristique des bandes dessinées de l’époque. Comme le démontre Gubern, cette popularité grandissante et l’évolution des comics de l’époque découlent en partie de la guerre des journaux américains, notamment de The World appartenant à Joseph Pulitzer et The Journal propriété de William Randolph Hearst (1972, p. 13, 24et 36). Ils favorisent en leurs débuts le format simple de quelques cases et plusieurs grands personnages sont issus de cette tradition. Les Kaztenjammer Kids de Rudolphe Dirks et Harold Knerr inspirés de Maxund Moritz de Wilheim Busch, ainsi que The Yellow Kid  par Richard Outcault sont des exemples de personnages qui ont vu le jour à cette époque. Les comics aux thématiques moins humoristiques se sont ensuite développés et du fantastique à l’aventure une grande variété de thèmes y a pris de l’expansion. Nous retrouvons quelques exemples qui explorèrent un peu plus le médium tels que Krazy Kat de George Herriman de 1913 à 1944, les curieux Upside-downs de Vermeek qui devaient être lus en tournant la feuille de 180° ainsi que l’œuvre de Winsor McCay Little Nemo in Slumberland . La grande distribution des comics dans les journaux est une composante qui influence Kunzel dans sa définition du mot en insérant comme composante essentielle la présence sur un support imprimé destiné à une distribution de masse (Groensteen 1999, p. 16). De manière similaire cette période historique est déterminante pour la définition de Blackbeards qui inclut dans la définition la publication régulière d’un personnage stable par épisode (Groensteen 1999, p.16). Tout comme Groensteen qui démontre l’insuffisance de cette définition par une série de contre exemples (1999, p. 19-20), nous ne souscrirons pas à cette perspective. Effectivement, la définition de Kunzle empêche d’inclure une bonne part de la bande dessinée underground et celle produite sur support numérique. La définition de Blackbeards exclue une panoplie d’œuvres destinées à ne pas avoir de suite.

 krazykat

Dans cette tradition se retrouvent habituellement les comics américains de suspense, horreur,aventure de guerre et science-fiction qui se multiplièrent dans les années 40-50. Les comics américain sont dû reformuler leur contenu avec la parution en 1954 de The Seduction of the Innocent du docteur Frederic Wertham qui joua un rôle majeur dans l’imposition de la censure via un comité qui portait le nom de The Comics Code Authority (Sabin 1996, p. 68). Le format des comics évolua au courant de la seconde moitié du 20ième siècle pour donner toute une palette d’œuvres qui couvre la majorité des nuances que nous pourrions faire entre comics et nouvelle graphique. En réponse à la censure et de concert avec la libération sexuelle, une forme particulière de bande dessinée underground a vu le jour. Certains auteurs tels qu’Estren ou Sabin s’y réfèrent en tant que comix(2). Ils contiennent souvent des styles graphiques assez variés, parfois « delibarately ugly » comme le souligne Douglas Wolk (2007, p. 40), et proposent desthèmes sur la politique, les drogues et la sexualité qui sont généralement exclus par la censure. La grande variété des formats des comix résulte quant à elle à la nature souvent indépendante des publications.

L’appellation bande dessinée est également largement utilisée dans les essais francophones. Une approche intéressante est celle de Thierry Groensteen et Benoît Peeters qui définissent la bande dessinée de pair avec son invention qu’ils attribuent à Rodolphe Töpffer au milieu du 19ième siècle (Peeters 1994,p.19). Ils attribuent cette invention à la coprésence de plusieurs éléments généralement présents dans le médium ainsi qu’à une réflexion propre à celui -ci par l’auteur. En effet, Töpffer publia un traité dephysiognomonie dans lequel il explore le style graphique des expressions faciales de personnages(3).

L’utilisation de la désignation de roman graphique est quant à elle assez récente et imputable à la popularité grandissante de bandes dessinées de plus grande envergure et abordant des thèmes tels que la politique, l’histoire, le cheminement personnel et des thèmes considérés comme plus matures (Sabin1996, p.8). Le premier livre à avoir porté l’appellation graphic novel sur sa couverture est le travail de Will Eisner A Contract With God paru en 1978 et traite de la crise d’un juif durant la Grande Dépression (VanLente et Dunlavey, p. 171). Comme le démontre Devid A. Beronä dans son ouvrage sur le roman graphique produit avant 1950, ce format n’est pas une nouveauté, notamment en Allemagne. La France a également produit de nombreux exemples d’œuvres parfois humoristiques qui abordent des thèmes complexes. Histoire pittoresque, dramatique et caricaturale de la Sainte Russie (1851) par Gustave Doré en est un bon exemple. Or, il reste que ce sont principalement des œuvres récentes qui ont popularisé la forme du roman graphique. Il y a dans cette liste le fameux Maus (1991) de Art Spiegelman et gagnant d’un prix Pulitzer, Persépolis de Marjane Satrapi, From Hell  d’Alan Moore et Jimmy Corrigan, the Smartest Kid on Earth de Chris Ware. Ces œuvres sont généralement plus longues que le classique format belge de 60  pages qui s’imposa en Europe, de plus elles possèdent généralement un style graphique propre à l’auteur et parfois même à l’œuvre en particulier.

 téléchargement

Comme nous pouvons le constater, la bande dessinée présente historiquement plusieurs formes et courants et pour cette raison il existe différentes terminologies. Ne voulant pas exclure de notre analyse les différentes acceptations présentes dans la littérature sur le sujet nous en reviendrons à une définition plus générale que nous offre le terme «art séquentiel» de Will Eisner et Scott McCloud. Nous adhéronsau point de vue de Douglas Wolk qui souligne que la précision absolue d’une définition peut souvent exclure inutilement des exemples pertinents (2007, p.17). Nous nous fions en partie à l’intuition

du lecteur pour avoir une certaine connaissance des éléments qui définissent la bande dessinée ainsi qu’une certaine capacité d’adaptation quant aux nouveaux exemples que nous apporterons.

Afin de bien construire le modèle théorique que nous utiliserons dans ce mémoire, il nous faut nous appuyer sur diverses disciplines. Nous faisons ici une généralisation de ce qu’est ce modèle dont nous préciserons les détails au courant de cette recherche en nous aidant de plusieurs exemples.

Notre premier concept vient des études littéraires. Nous faisons usage du temps de l’histoire tel que défini par Genette et Müller. Ce temps de l’histoire, ce que Müller appelle erzӓhlte Zeit, est la succession présupposée des évènements dans l’univers diégétique (Genette, p. 77). Il se distingue principalement du temps du récit qui lui constitue l’ordre dans lequel les évènements sont relatés, donc présentés au lecteur. La réorganisation temporelle des évènements constitue un outil important et fort utile à la narration, mais dans le cadre de cette recherche nous travaillons uniquement avec le temps de l’histoire. Nous pourrions fort bien modifier ce modèle afin d’inclure le temps du récit, mais cela nous entraînerait dans de nombreuses complications que nous choisissons d’éviter dans cette recherche. Afin  de comprendre la complexité des narrations qu’il est possible de construire en se restreignant uniquement au temps de l’histoire, nous avons décidé d’exclure le découpage et les permutations des segments d’histoire. Par conséquent, nous excluons le temps du récit. Donc, toute histoire considérée dans ce texte l’est du point de vue du temps de l’histoire dans la perspective de Genette.

Une ligne du temps peut aisément servir à représenter ce temps de l’histoire. Pour ce faire, nous utilisons ici un concept issu des mathématiques et souvent utilisé en physique, la courbe paramétrée.Nous débuterons par une utilisation de cette courbe en deux dimensions, soit dans le plan cartésien, et une généralisation pour un plus grand nombre de dimensions sera ensuite possible. Une courbe paramétrée est une courbe dont les coordonnées sur l’axe des abscisses et l’axe des ordonnées dépendent tous deux d’un unique paramètre. Nous pouvons représenter la courbe paramétrée mathématiquement à l’aide d’équations de la forme C(t)=(f(t), g(t)) (Pressley, p. 2). C’est-à-dire que les fonctions f et g qui dépendent du paramètre t , le temps, peuvent définir ses coordonnées. Un exemple trivial de courbe paramétrée est C(t) =(t, 0). Cette courbe n’est en fait rien d’autre que l’axe des abscisses du plan cartésien dans lequel l’avancement en temps, ou de manière équivalente vers la droite, se fait proportionnellement au temps.

L’utilisation de la courbe paramétrée peut sembler arbitrairement abstraite, mais elle implique une multitude d’avantages non négligeables. Premièrement, elle permet de fixer à l’aide du paramètre t le temps de l’histoire que nous considérons. Évidemment, le temps diégétique de l’histoire commence habituellement avant le récit et continue également après le récit. Les récits démiurges ou apocalyptiques peuvent faire exception, mais en général il y a conception que le monde existait avant le début du récit et qu’il continuera d’exister après celui-ci. Nous pouvons à l’aide du paramètre t définir théoriquement le domaine temporel sur lequel l’histoire prend place. Deuxièmement, la courbe paramétrée se généralise en trois dimensions. D’autres avantages importants doivent être précisés, mais nous nous devons avant de présenter d’autres apports théoriques.

Dans notre modèle, la courbe paramétrée est le support de l’histoire, c’est-à-dire que nous insérons dans celle-ci les moments de l’histoire que nous voulons dévoiler. Autrement dit, les cases de l’histoire se présentent sur la courbe paramétrée. En considérant les différentes caractéristiques géométriques de cette courbe nous pouvons ajouter énormément à la valeur sémantique de l’histoire. La forme géométrique de l’histoire, ou de la courbe paramétrée sur laquelle elle se présente, peut devenir un outil pour l’artiste et conséquemment un outil d’analyse. Le paramètre peut être soit suivi avec précision ou servir simplement pour construire une courbe paramétrée ayant des caractéristiques voulues.

Dans Système de la Bande Dessinée, Thierry Groensteen apporte des nuances qu’il vaut la peine d’examiner. Un point que l’auteur considère comme particulier à la bande dessinée est la solidarité iconique, c’est-à-dire la double caractéristique des cases d’être à la fois graphiquement séparées mais sémantiquement reliées de par leur coprésence sur le support (Groensteen 1999, p. 21). Il mentionne également le terme spatio-topie, réunissant l’analyse de l’espace et du lieu. Il ajoute que ce néologisme aurait pu être évité avec la simple utilisation du mot géométrie (1999, p. 26). Puisque nous apporterons des nuances géométriques qui n’entrent pas directement avec les catégories de lieu ou d’espace, par exemple la topologie ou les pavages, nous utiliserons le terme spatio-topie avec parcimonie. Nous conservons aussi des idées reprises par Groensteen, celle de l’hypercradre apportée par Benoît Peeters (1999, p. 38) et celle de multicadre apportée par Henri Van Lier (1999, p. 31). Le multicadre, ou la forme de l’ensemble des vignettes, sera revu dans notre section sur le cadre et sera directement mis en relation avec l’hypercradre qui est la forme de la planche. Nous nous intéressons principalement à la forme de lacourbe paramétrée, non pas simplement à celles des vignettes. En partant de la vignette, Groensteen définit trois éléments importants pour la spatio-topie; la forme, la superficie et le lieu (1999, p. 36). Ces trois caractéristiques sont les éléments qui définissent les vignettes dans leur rapport au multicadre. Nos considérations seront principalement portées, comme vu précédemment, sur le lieu car nous analysons le positionnement des courbes paramétrées et des graphes sur différentes surfaces. Le positionnement peut créer un effet global, ou contenir des informations contenues dans les précisions sur le lieu de son positionnement, par exemple en se plaçant sur le plan cartésien. Nous ne discuterons pas beaucoup de la notion de superficie même si elle fait parfois partie des grands problèmes mathématiques comme l’est l’impossible quadrature du cercle. Pour résumer, l’étude porte principalement sur le multicadre en tant que coprésence d’images certes, mais d’images reliées entre elles par les courbes paramétrées. Groensteen précise la nature de la solidarité iconique par la notion d’arthrologie qu’il définit comme l’ensemble des relations qui relient les images qui coexistent dans l’espace de la solidarité iconique (1999,p. 25). Dans notre cas, puisque nous nous intéressons surtout à la coexistence des courbes paramétrées qui, elles, contiennent les cases, nous pouvons considérer cette recherche en partie comme une analyse arthrologique macroscopique, une étude des regroupements de cases en soi et en lien avec l’espace qui les soutient, donc en lien avec la spatio-topie. Cette analyse se fait de pair avec les espaces laissés vacants par les trames narratives et dont la juxtaposition aux courbes paramétrées permet les pavages de l’espace.

Puisque l’idée de surface demeure une considération primordiale tout au long du texte, nous discutons parallèlement les notions de recouvrements de l’espace au courant du texte. C’est la raison pour laquelle nous nous intéressons à l’espace des courbes ainsi qu’à l’espace laissé vacant par celles-ci. Les outils généralement utilisés pour les dénombrements des types de recouvrements des surfaces par des figures semblables découlent du domaine de la cristallographie, de l’article de George Pólya et Haag (Schattschneider 1992, p. 22-30) et de la théorie des groupes (Armstrong, p. 145-172) tout comme il en a été le cas avec certaines œuvres de l’artiste M.C. Escher. Les terminologies étant souvent multiples ou utilisées pour décrire des structures plus imposantes, comme les groupes de Coxeter ou les orbifold (Conway et Huson, p. 247-257), nous utiliserons la notation issue de la cristallographie sans en explique la mécanique.

Le prochain apport significatif est celui de la théorie du récit de Marie-Laure Ryan qui permet aisément de mettre en lien les principes de l’hypercadre, du multicadre des courbes paramétrées et l’arthrologie. Le but de l’insertion du modèle de Ryan est de comparer les différentes représentations graphiques des histoires et récits afin d’en comprendre les avantages et désavantages. Dans son ouvrage Possible Worlds, Artificial Intelligence, and Narrative Theory, l’auteure construit des schémas de récits qui incluent autant les évènements possibles ou imaginés que réels dans le contexte diégétique. Les premières constructions sont les Plot-maps (Ryan, p. 156-157) et les State-Transition Diagrams qui représentent par des réseaux en flèches la concordance ou divergence des histoires réelles ou imaginées dans la diégèse. Les flèches dans ce modèle sont en fait des vecteurs. Le sens de ces flèches est celui d’une implication logique ou de fait. Dans le cas des bouts de récits qui sont imaginés, ces vecteurs déterminent ce qui devrait découler logiquement de telle ou telle situation ou décision. Si Ryan base son modèle sur le concept de point narratif de William Labov et amélioré par Robert Wilensky, concept qui définit les points reliés par les vecteurs de son modèle et qui constituent les éléments importants de l’histoire racontée (Ryan, p. 150-154), nous délaissons cette précision dans notre modèle qui lui ne souligne que les points que le narrateur choisit de représenter sans préciser aucun autre détail quant à leur importance pour le récit.

Les modèles de Ryan ont plusieurs avantages et désavantages. Premièrement, ces modèles sont extrêmement utiles à la compréhension globale d’un récit. La vision macroscopique du récit permet de le saisir rapidement dans son ensemble et d’en percevoir aisément les différentes composantes importantes autant dans ce qui se passe réellement que dans ce qui est imaginé. Nous conserverons cette caractéristique qu’est le point de vue macroscopique de l’histoire. Cependant, comme mentionné préalablement, nous travaillons pour l’instant que sur le temps de l’histoire, donc tous les éléments imaginés disparaissent de ce modèle. Deuxième avantage en concordance avec notre modèle, les points narratifs présentés par Ryan sont des éléments de l’histoire tels qu’ils se déroulent dans l’ordre du temps de l’histoire. La courbe paramétrée ne représente que l’évolution temporelle d’un seul lieu et si possible d’un seul personnage, elle équivaut à une lignée de points et de vecteurs dans les schémas de Ryan.

Nous faisons usage de ce modèle dans une version qui se restreint à l’histoire racontée seule, donc une version qui exclue les segments simplement possibles ou imaginés du récit. De plus, l’usage des vecteurs comme liens entre les évènements est fort utile pour la compréhension de l’histoire, mais nous utilisons à la place la courbe paramétrée comme trame générale de l’histoire puisque ces courbes nous permettent de mieux nous servir de théorèmes issus de la théorie des graphes, de la géométrie différentielle et de la topologie. Autrement dit, au lieu d’avoir une suite de vecteurs qui passent d’un élément du récit à un autre, nous avons une courbe paramétrée qui passe par ces différents points.

Or, quelle est l’histoire précise qui suit continuellement cette courbe paramétrée? Dans le domaine de la physique, ces courbes servent parfois à représenter le déplacement d’une particule dans l’espace. De manière similaire, une courbe paramétrée peut suivre l’évolution dans le temps d’un espace discret. Dans notre modèle, cette courbe suit généralement l’espace discret autour d’un personnage et ainsi, de manière équivalente, son évolution temporelle. Nous pouvons généraliser ce principe à un univers diégétique au complet. Des exemples préciseront ces nuances. Sur cette courbe paramétrée peuvent ensuite apparaître des cases contenant les éléments précis que le narrateur décide de présenter. Contrairement aux points narratifs de Labov et Wilensky ces éléments ne sont pas obligatoirement importants, le narrateur ne fait que les présenter.

Le modèle proposé peut contenir simultanément plusieurs courbes paramétrées en associant à chacune d’elles l’histoire autour d’un personnage. Cela permet une présentation simultanée de toute l’histoire similairement au modèle de Ryan, mais construite à partir l’évolution temporelle de chaque personnage au lieu d’une suite logique de faits. De plus, cette représentation macroscopique de l’histoire peut jouer le rôle du récit. C’est-à-dire que l’œuvre d’art qui représente cette ou ces histoires est la schématisation macroscopique de celle-ci. Cette caractéristique est un aspect fondamental qui permet une exploration nouvelle du média. Il existe évidemment des exemples qui se rapprochent de ce que nous explorons dans ce mémoire et nous les considérons au courant du texte autant pour les explorations qui en découlent que pour les limitations qu’ils apportent. Comme le mentionne Groensteen, la totalité de l’espace couvert par l’ensemble des cases est essentiel à la bande dessinée: « En résumé, les codes se tissent à l’intérieur d’une image à une chaîne narrative dont les maillons sont étalés dans l’espace, en situation de coprésence » (Groensteen 1999, p. 8).

Un modèle tel que celui de Ryan peut facilement se porter à cette extension et faire de la présentation d’une histoire avec ses éléments réels ou imaginés une œuvre d’art en soi. On l’exclut de cette analyse pour l’instant pour deux raisons. En précisant notre analyse sur l’histoire, nous pourrons facilement analyser les différentes œuvres nommées précédemment. En second lieu, cela ne confère aucune caractéristique supplémentaire quant aux différentes observations apportées dans le texte se rapportant à la restriction au temps de l’histoire. Il est alors préférable d’entamer cette analyse dans une forme plus simple, n’utilisant que le temps de l’histoire.

Pour l’instant, nous constatons en quoi ce modèle permet de reprendre les notions de multicadre, d’hypercadre et d’arthrologie puisqu’une fois que nous considérons la représentation macroscopique de l’histoire ou de l’ensemble des histoires comme œuvre d’art en soi, les concepts ci-mentionnés s’emboîtent naturellement de manière hiérarchique. Nous avons la case, le multicadre qui regroupe les différentes cases et leur hypercadre; au lieu de disposer les multicadres sur différentes feuilles dans un album, nous les juxtaposons en une seule représentation globale de l’histoire qui elle-même devient récit. Certains trouveront un lien direct avec le canevas infini de McCloud. Nous discuterons ce concept, mais nous devons encore enrichir le bagage théorique afin de bien préparer le terrain pour le concept de McCloud.

Une fois que nous considérons ces histoires d’une perspective macroscopique, nous pouvons aller un pas plus loin dans leur représentation abstraite. Comme le mentionne Bernard Teissier, nous pouvons considérer ces histoires du point de vue de la théorie des graphes puisque la narration « provides vicariously the experience of a path (or a graph) of interactions among character » (Teissier, p. 232). Nous nous devons alors de définir ce qu’est un graphe, ce qu’est une représentation d’un graphe et finalement voir en quoi et sous quelle forme cela peut nous servir. Un graphe est un ensemble d’éléments qui peuvent être mis en liens. Ces liens sont nommés relations. Une représentation naturelle des graphes est de considérer les éléments comme étant des points et les relations comme étant des lignes reliant ces points deux à deux. Dans le jargon des mathématiques les points sont nommés sommets et les lignes arêtes (Bollobàs, p. 1). Dans notre cas, les arêtes sont des segments de courbes paramétrées, et donc segments temporels. Les sommets sont des points de rencontre auxquels nous voulons associer un évènement propre à plusieurs histoires, donc à plusieurs courbes paramétrées, possiblement le début ou la fin de certaines d’entre elles.

Il va de soi que les arêtes de ces graphes aient un sens de lecture, le sens d’avancement du paramètre t, le temps. Nous dirons dans ce cas que le graphe est orienté puisque les arêtes possèdent un sens (Bondy, p. 31). Nous pouvons alors faire une analyse des histoires sous ce modèle à partir de la théorie des graphes orientés. Il se trouve que certaines caractéristiques qui nous intéressent se conservent même lorsque nous oublions le sens de lecture des arrêtes. C’est pourquoi nous ferons l’analyse de l’histoire sous leur forme de graphe principalement dans l’optique des graphes non-orientés.

L’avantage de faire appel à la théorie des graphes est qu’un grand nombre de théorèmes peuvent nous aider à comprendre les caractéristiques propres à certaines structures d’histoires ainsi que certaines limitations de ces structures. Nous étudierons la cyclicité, c’est-à-dire la présence de chemins qui débutent et se terminent au même sommet (Bondy, p. 4). Nous pouvons également déterminer si le graphe est eulérien, c’est-à-dire s’il est possible de parcourir toutes les arêtes en ne passant par chaque arête qu’une seule fois (Bondy, p.86). Dans le cas d’un graphe orienté ces définitions sont conservées mais le sens des arêtes doit être respecté (Bondy, p. 33 et 91). La raison pour laquelle nous nous réapproprions ces concepts est que cela nous permet d’analyser des histoires qui possèdent des structures fort complexes et presqu’impossible à déchiffrer si l’on n’en fait pas une représentation graphique. Il en estainsi pour les films Primer  et Triangle. Une autre motivation vient du fait qu’en créant un cycle, on délimite également un espace qui peut ensuite servir à la sémantique de l’histoire, cette caractéristique provient directement d’un théorème dû à Camile Jordan(4) que nous présenterons dans la section sur le cadre (Jordan, p. 589-590).

Il est important d’ajouter une nuance concernant cet ajout de la théorie des graphes: la confusion possible entre les concepts de structure et de géométrie (et donc aussi entre le récit et le récit-carte(5)). Ce qui importe à la base dans la théorie des graphes ce sont les liens entre les différents sommets, non pas la forme géométrique de ces liens, ni leur disposition dans l’espace. Par exemple, qu’une arête soit rectiligne ou courbe n’importe aucunement. Qu’une ligne soit horizontale ou verticale revient au même et tout polygone à quatre cotés équivaut à un carré, peu importe la disposition des quatre sommets ou de la longueur des arêtes. Donc, à prime abord et à moins d’avis contraire, tout résultat qui sera présenté à propos d’un graphe sera fait dans cette optique. Évidemment, il est ensuite possible d’ajouter des considérations géométriques dans la recherche de résultats ou dans la construction d’une œuvre. Un théorème peut préciser qu’il concerne seulement des segments rectilignes ou la disposition des sommets d’une histoire peut avoir une incidence sémantique. Cette double facette de l’utilisation des graphes -et des surfaces comme nous le verrons- comme modèle découle du fait que le modèle est à la fois symbolique et iconique selon les termes de Frey (Herman, p.252). C’est-à-dire qu’ils sont idéogrammes par les concepts qu’ils évoquent par conventions et diagrammes par leurs ressemblances visuelles aux concepts qu’ils peuvent représenter (Herman, p. 455).

Le concept de canevas infini apporté par McCloud dans son ouvrage Reinventing comics se trouve en lien direct avec une autre caractéristique des graphes. Le canevas infini de McCloud est en fait une surface virtuelle sur laquelle peut se construire l’art séquentiel, ou la bande dessinée. Sur son site Internet il discute des avantages à travailler sur une seule surface, « putting all panels together on a single”canvas”» (http://scottmccloud.com/4-inventions/canvas/index.html). Il les met principalement en lienavec la publication de la bande dessinée sur Internet. Ce canevas est particulièrement approprié pour l’écriture et l’analyse des hypercomics, ou bandes dessinées partiellement interactives construites enpallier. Daniel Merlin Goodbrey en donne la définition suivante: «A hypercomic can be thought of as awebcomic with a multi-cursal narrative structure. In a hypercomic the choices made by the reader mayinfluence the sequence of events, the outcome of events or the point of view through which events areseen. »(http://e-merl.com/hypercomics). Libéré du format papier et du livre, le canevas virtuel surinternet peut en effet prendre une infinité de formes. Il en donne quelques aperçus dans certaines cases,mais il ne va pas davantage dans cette direction. Il fait également indirectement référence à un support autre que le Web. Il est possible de voir quelques exemples qu’il offre dans son ouvrage. Il mentionne l’écriture sur le cube (McCloud 2000, p. 223), et sur un cylindre comme dans le cas de la colonne de Trajan(2000, p.228). Soulignons de plus qu’une des particularités du canevas infini est le principe d’équivalence entre distance et temps (http://scottmccloud.com/4-inventions/canvas/index.html) comme pour la courbe paramétré C(t)=(t, 0), axiome d’équivalence qui ne semble pas toujours être respecté dans les hypercomics.

Ce que nous tentons de faire finalement dans cette recherche est d’offrir des pistes d’exploration de ce canevas en fonction de certaines théories mathématiques déjà existantes. Ces explorations ne sont pas restrictives ni à un seul plan infini comme le défini McCloud ni à un support numérique. Plusieurs recherches, plus précisément dans le domaine de la théorie topologique des graphes, explorent les possibilités de dessiner certains graphes sur diverses surfaces selon un critère dit de planarité. Dans cette perspective, nous présenterons premièrement le théorème de Kuratowski qui définit certains critères qui garantissent la planarité d’un graphe sur le plan ou la sphère (6). (Gross et Tucker, p. 42-49) Nous analyserons deux types de surfaces sous la lumière du critère de planarité, les surfaces orientables et non-orientables. Pour donner un exemple de surface orientable nous pouvons considérer la sphère ou le tore (Gross et Tucker, p. 119-120). L’exemple le plus populaire de surface non orientable est le ruban de Moebius (Pressley, p. 76-77), parfois appelé ruban de Lao Tseu en vertu de l’utilisation qu’en fît le philosophe chinois pour représenter le yin et le yan (Cazenave, p. 731). Il en existe en fait une infinité d’autres. Dans le dernier chapitre nous entamerons une exploration des différentes possibilités de représenter des histoires graphiques sur différentes surfaces qu’elles soient physiquement possible ou non, comme par exemple la bouteille de Klein (Barr, p. 62-63). Le canevas infini, dépendamment de ces considérations, peut prendre une forme réelle, sculpté, ou simplement être représentable via certaines stratégies dont le numérique offre plusieurs exemples.

Encore une fois, la topologie amène son lot de complications. Un peu comme pour la théorie des graphes, la topologie se penche sur des informations structurelles, les invariants topologiques, qui demeurent intactes si nous n’appliquons que des torsions et étirements sur l’objet étudié (Barr, p. 2-3).Par exemple, du point de vue de la topologie les polyèdres et la sphère ne sont pas différentiables puisqu’ils conservent la même caractéristique d’Euler (Barr, p. 10-11). C’est-à-dire que la soustraction des arêtes à la somme des sommets et des faces reliés à un graphe planaire donne le même résultat sur les deux surfaces. Tout comme précédemment, nous débutons par la perspective purement topologique avant de réintroduire des considérations plus géométriques. Nous explorons les surfaces progressivement afin de découvrir le plus grand potentiel intrinsèque à chaque surface. Le plan est naturellement la première surface considérée et en raison de sa grande simplicité nous éviterons presqu’entièrement les considérations topologiques. Nous retarderons l’utilisation de la topologie vers le dernier chapitre lorsque nous rencontrerons des surfaces plus complexes(7).

Mentionnons un dernier apport puisque qu’il dictera une certaine méthodologie utilisée dans cette recherche. Cet apport est double, il vient en fait de l’OuLiPo, principalement de Raymond Queneau, et de la combinatoire. Pour reprendre les termes de Marcel Bénabou sur l’OuLiPo, « Le recours à la méthode axiomatique, l’importation de concepts mathématiques, l’utilisation de la combinatoire sont les axes principaux de cette exploration » (OuBaPo 1996, p. 3). Comme il en a été avec Queneau, l’idée de dénombrement sera importante. Dans plusieurs cas, nous offrons les dénombrements des possibilités qu’engendrent les types de graphes considérés. Cela permet premièrement de nous plonger plus en  profondeur dans les différentes structures avec lesquelles nous travaillons ainsi que d’introduire le lecteur à une connaissance de base du type d’arguments qui soutiennent les résultats mathématiques qui seront pris en compte. Nous recyclons également l’idée de contrainte. L’ensemble du mémoire peut être perçu comme une longue série de constructions de contraintes. Les modèles d’histoires que nous proposons à chaque section sont des histoires qui exemplifient les concepts tout autant qu’elles fonctionnent dans les limites des contraintes explorées. Afin de donner suite au premier bouquet de contraintes de Thierry Groensteen (8) et pour permettre au lecteur et aux oubapiens assidus d’apprivoiser les concepts et possibilités, nous offrons une série d’exemples au courant de chaque section.

Résumons la démarche que nous avons entreprise dans ce mémoire. En considérant le temps de l’histoire d’un personnage comme étant une courbe paramétrée, il nous est possible de transformer la représentation macroscopique d’une histoire en œuvre d’art. Cette représentation, à sans être un art peut s’avérer être un outil d’analyse efficace dans certains films de fiction. Cette représentation peut avoir des caractéristiques géométriques ou structurelles qui dépendent du canevas, c’est-à-dire qui dépendent de la surface sur laquelle la représentation macroscopique de l’histoire est déposée. L’analyse porte principalement sur les différentes formes structurelles possibles, principalement pour les histoires cycliques. La dénomination de sculpture narrative sert à se référer à ces entités dans leur ensemble. Cette formule sert donc à définir la représentation du récit comme série d’images reliées entre elles par une ou  plusieurs histoires sur des surfaces qui peuvent être possibles dans le monde réel ou non. Le terme inclut également l’apport des principes mathématiques nécessaires à la compréhension de ces œuvres.

Notes:

1-Herman discute cette définition qu’il trouve dans l’Oxford English Dictionary.

2-Voir dans les ouvrages de Roger Sabin (Comix & Graphic Novels: A Histor of Comic Art. New York: Phaidon Press, 1996) et de Mark JamesEstren (A History of Underground Comics. Berkeley: Ronin Publishing, 1993).

3- Une publication de cet essai est disponible de dans le livre de Thierry Groensteen et Benoît Peeters (Töpffer: L’Invention de la Bande Dessinée. Paris: Hermann, Éditeurs des Sciences et des Arts, 1994).

4-Pour une version topologique de la preuve voir Munkres, James R. Topology . 2nd Ed. New Jersey: Prentice Hall, Inc., 2000, p. 385-389.Plusieurs preuves du théorème existent, entre autres, des preuves par Ronald Bron, J.W. Alexander et Helge Tverberg sont disponibles.

5-Récit dont le lieu précis des actions est important à la compréhension de l’histoire.

6- La prevue présentée dans cet ouvrage est une organisation due à Thomassen, la preuve originale de Kuratowski peut être trouvée dans Kuratowski (1930).

7- Le mot surface peut apporter des complications qui ne seront pas traitées dans ce texte. Le lecteur intéressé peut se référer à des ouvrages de topologie et de géométrie différentielle pour une définition mathématique des surfaces.

8- Voir l’article de Thierry Groensteen: « Un Premier Bouquet de Contraintes ». Dans Oubapo : oupus 1. Édité par L’Association. Paris: L’Association, 1996, p. 13-59.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s